fbpx

Bien débuter son allaitement

Souvent, nous démarrons notre premier allaitement avec un tas d’idées préconçues sur le sujet. Nous avons entendu des commentaires de toutes sortes, issus de l’expérience de femmes qui ont réussi leur allaitement ou au contraire, n’ont pas pour X raisons pu le prolonger.

L’essentiel est de se dire que sauf cas extrême, il est possible pour toute femme d’allaiter. Nous entendons par là qu’aujourd’hui, les femmes séro-positives ont un risque de transmission du SIDA à leur nourrisson. Pour elles, l’allaitement n’est pas réalisable. Pour toutes les autres, sauf exception, c’est possible !

Il y a une question essentielle à se poser et c’est en réalité la seule qui devrait véritablement influencer ton choix d’allaiter ou non. La voici :

L’allaitement est-il fait pour moi ?

Pour y répondre, demande-toi si tu te sens prête à passer de nombreuses heures au calme avec ton bébé pendant que tu l’allaiteras. Certains n’ont besoin que de quelques minutes régulièrement, d’autres de près d’une heure un peu moins fréquemment. Mais en tout cas, les premiers mois de vie, un nourrisson te réclamera le sein souvent

Cela est 100% normal et nécessaire, aussi bien pour ses besoins physiologiques que psychologiques. Il trouvera dans tes bras, en plus de ses repas, le confort et la douceur maternelle dont il a besoin pour se développer. Si tu n’es pas prête à consacrer beaucoup de temps collée à ton enfant, alors l’allaitement n’est peut-être pas fait pour toi.

Les femmes actives, qui ont besoin de bouger toute la journée, de rester indépendantes pour leurs activités, pourraient bien se voir décontenancées au contact quasi-permanent de leur bébé. Car oui, l’allaitement est un véritable don de soi, une osmose qui se crée avec ton bébé.

Il y aura donc beaucoup de moments personnels ou à deux (désolé Chéri), à mettre entre parenthèses pour un temps. En conclusion, si ton besoin d’indépendance est le plus fort, il y a à parier que l’allaitement ne te conviendra pas. Quoi que…

Beaucoup de femmes, si ce n’est toutes, ont une vision de la maternité avant et pendant la grossesse qui se voit littéralement bouleversée à la naissance. Alors qu’on peut s’imaginer mère poule ultra-collante ou au contraire s’imaginer garder sa vie de femme avant tout, on peut se voir changer d’avis en une fraction de seconde. 

Le premier cri de bébé, quand il vient au monde, a ce pouvoir de persuasion si infini qu’il vient troubler les convictions intimes les plus profondes. Et cette magie opère à chaque fois. La maternité, c’est une nouveauté qui vient remuer nos tripes, les retournant pour ne laisser qu’un amour direct et indomptable. 

C’est à partir de cet instant que tout se crée, ouvrant nos yeux sur ce monde qui était jusqu’alors inconnu, comme si nous le découvrions en même temps que notre bébé.

A partir du moment où ta décision d’allaiter est prise, le démarrage peut-être facile et naturel. Ce n’est pas le cas pour toutes et il est important de savoir qu’un bon début est ce qui va déterminer la suite de votre allaitement. Mets donc toutes les chances de ton côté pour y arriver.

L’information, y’a que ça de vrai !

En général, nous prenons la décision d’allaiter ou donner le biberon pendant la grossesse. Il sera nécessaire de bien choisir la maternité où accoucher. Pourquoi ? Certaines sont pro-allaitement et les assistantes maternelles, aides-soignantes et infirmières sont en général (mais pas systématiquement) bien formées sur le sujet. Tu seras donc bien accompagnée durant les premiers jours.

D’autre part, tu as droit à la visite de ta sage-femme durant 14 jours après le retour à la maternité. Elle peut venir chaque jour ou espacer ses visites, selon tes besoins de l’instant. Je te conseille vivement de suivre ce programme, qui te sera normalement proposé pendant ton séjour à la maternité. 

Grâce à ses conseils avisés, tu pourras travailler les positions d’allaitement qui te sont les plus favorables, échanger sur le sujet et trouver le bon rythme qui s’adaptera aussi bien à toi qu’à ton bébé. J’insiste sur cela car il n’est pas rare qu’à la maternité, les jeunes mamans aient l’impression d’avoir compris le principe, de maîtriser, et laissent tomber cette aide (gratuite). Elles veulent se retrouver au calme, dans l’intimité avec leur nouvelle famille. 

Cependant, en étant entourée à l’hôpital ou en clinique, il est plus simple d’interroger à la moindre question, de demander l’assistance d’une infirmière pour la mise au sein, etc… A la maison, hors de ce contexte, l’allaitement peut s’avérer moins réalisable que dans ce cadre sécurisant. 

C’est là que des femmes pourtant engagées dans leur idée d’allaiter se retrouvent à abandonner, submergées par la fatigue et les adaptations que la vie de jeune maman demande. Parfois, un soutien moral, une réponse à une question, un entraînement de quelques jours suffisent à enrayer le découragement qui se fait parfois ressentir.

Rassure-toi, documente-toi et tiens bon car ce qui peut paraître insurmontable ne l’est pas tant que l’envie d’allaiter reste présente. Il y a des solutions à tout pour continuer un allaitement qui se complique. Il faut juste s’armer de patience, de persévérance et des bons outils pour y arriver. Le bonheur qui t’attend, toi et ton bébé, est bien réel et ne fera que croître tout au long de votre allaitement.

Note aussi qu’il y aura toujours des personnes qui seront là pour t’apporter de bons et mauvais conseils. Aujourd’hui encore, même si les mentalités ont beaucoup évolué, il y a énormément de personnes qui s’imaginent détenir la vérité et te donneront des conseils qui ne seront pas adaptés à ta situation. 

Ne te laisse pas désarçonner par ceux-là. Tu entendras toujours qu’il ne sert à rien d’allaiter si cela te rend malade. C’est vrai, en soi, mais tu auras plutôt besoin de concret et de trouver la bonne méthode pour y parvenir sans t’épuiser. Car un allaitement est toujours sain et heureux pour la mère et l’enfant. Quand la situation nous rend mal, c’est qu’il faut trouver comment arranger les problèmes qui y sont liés et non jeter l’idée d’allaiter comme si c’était elle, la source des problèmes. 

Car ce n’est jamais (oh non jamais !) le cas. Tourne-toi vers des personnes qui t’écoutent, cherchent avec toi comment arriver à tes fins et non qui te découragent. Même des femmes qui allaitent ou ont allaité ne t’apporteront pas toujours les bons conseils. Mais il y a quand même plus de chances que celles (et ceux !) qui ne sont jamais passés par là.

Retiens qu’il est quasiment toujours possible d’allaiter, qu’aucune femme n’a pas de lait et que l’enfant mange toujours à sa faim à partir du moment où sa mère lui présente le sein dès qu’elle ressent qu’il en a le besoin. Il est aussi normal que ce soit toutes les heures durant les premiers mois, sans que cela ne soit le signal de manques nutritifs. Au contraire…

Et une fois l’allaitement bien installé, tu éprouveras une satisfaction certaine, et il y en a un(e) qui saura te remercier de tes efforts et te les faire oublier en un clin d’oeil.

Alors, si tu veux encore profiter de conseils pratiques, n’oublie pas de t’inscrire à la newsletter. A bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *