fbpx

Adieu les crevasses !

Oh non ! Des crevasses ! Elles tiraillent, piquent et lancent dans le sein jusqu’à en pleurer. L’allaitement, ce n’est déjà pas toujours simple à commencer, alors si en plus viennent s’ajouter de nouvelles difficultés, on a vite envie de lâcher, prendre un biberon et laisser tomber. 

Oui, mais non… Car l’envie de donner le meilleur à son bébé, son lait maternel bien frais, chaud, rempli d’anticorps et de foule d’autres minéraux est quand même là, bien forte. Renoncer, ce n’est pas une option. Alors, que peut-on faire pour se soulager

En plus, bébé aussi en pâtit, avec sa maman qui se crispe à la mise au sein. Lui aussi il la voit rougir, mordre ses lèvres et prendre une mine blafarde. Supplice pour la maman allaitante, il faut mettre un terme à ces mauvaises surprises du début !

Les crevasses d’allaitement sont le fléau de bon nombre de jeunes mamans. Cet héritage du démarrage de l’allaitement se caractérise par des petites écorchures sur le téton ou le mamelon de la femme qui allaite. Elles font l’effet de gerçures et réveillent une puissante douleur aigüe aux seins.

Le meilleur moyen de s’en prémunir est de les prévenir en adoptant immédiatement après la naissance de l’enfant une position adaptée. C’est d’ailleurs l’une des principales raisons pour lesquelles les crevasses apparaissent. 

Si comme moi, quand tu as accouché tu as voulu (à tout prix, quoi qu’il en coûte), donner la tétée d’accueil à ton petit chou, sans te soucier de l’après, que tu as la peau ultra-sensible et fragile, il y a de grandes probabilités que les conséquences aient été néfastes pour tes pauvres seins mal préparés. Tu l’as installé un peu en freestyle sur toi, encore à moitié sonnée par sa venue au monde. Et il a tété…

Oui, les positions d’allaitement ne sont pas simples à reproduire dans la réalité. Sur les magazines ou internet, aucun problème, ça paraît inné. En vrai, ce n’est pas le cas pour bien des mères débutantes. Mais être bien renseignée avant le jour J est quand même un sacré atout. Alors, regarde comment ton bébé devrait être positionné sur tes seins, dès la première tétée de sa merveilleuse existence :

Au-delà de la bonne prise au sein de bébé, toi aussi, en tant que fraîche et pimpante maman (euh non… pour le « pimpante » on repassera), tu as un rôle déterminant à jouer. Ta position compte aussi, plus que jamais !

Il existe une panoplie d’illustrations qui détaillent la bonne façon de se tenir. Comme je disais, si cela peut paraître évident d’un point de vue théorique et que tu as l’impression de bien faire, demande quand même à ta sage-femme ou une conseillère en lactation IBCLC de vérifier que tout va bien à ce niveau-là. 

Car si tu as déjà eu des crevasses, il est fort à parier que même qu’une fois que le problème sera résolu, tu ne seras pas à l’abri de renouveler l’expérience si les positions d’allaitement mal reproduites continuaient d’être pratiquées.

Enfin, pour être une fervente adepte et pratiquante de l’allaitement maternel, je reste intimement persuadée que le positionnement de la mère et du bébé ne sont pas les seules causes de l’apparition de ces maudites crevasses… En effet, quand elles sont bien réglées, ce qui était mon cas, j’ai quand même continué de goûter aux désagréments liés aux crevasses durant 2 mois. 

Au fur et à mesure que le temps passait, j’ai vu mes tétons se durcir peu à peu et en suivant ma méthode de soin, je n’ai plus que rarement rencontré le problème de crevasses au cours de mon allaitement qui dure depuis maintenant plus de deux ans.

Tout cela, c’est bien joli, mais ce que tu veux savoir, c’est comment se débarrasser des crevasses au début de l’allaitement… Ma solution a été éclairée par ma sage-femme, mon ostéopathe spécialiste des bébés, du portage et l’allaitement de jumeaux ainsi que l’équipe médicale de la maternité d’Avignon (au top) où j’ai accouché.

J’ai adopté la crème Melicare® cicatrisante (bien plus efficace que les crèmes grasses à la lanoline que j’ai pu tester), et les bouts de sein. Si ceux-là peuvent entraîner une confusion sein-tétine, dans certaines situations comme la mienne, ils peuvent sauver un allaitement qui a mal débuté à cause des douleurs liées aux crevasses.

Pour quelques euros en pharmacie, de taille standard, ils sont en silicone fin et se mettent simplement sur le téton. Ce sont des petites pellicules transparentes qui permettent d’amenuiser la douleur d’un bébé qui tète. Peu à peu, avec le temps, quand le téton sera bien bien « fait », tu pourras les enlever. 

Sache toutefois que le retrait des bouts de sein peut s’avérer ne pas être si évident quand ils sont utilisés depuis longtemps. Pour ma part, ce ne fût pas le cas mais d’autres mamans rencontrent de temps en temps une réticence de leur bébé. Cela se corrige très bien par une présentation du sein fréquente, en exprimant manuellement un peu de lait (comme on te l’as montré en maternité) avant la tétée.

Au bout de quelques jours, ton bébé reprendra le sein avec plaisir et délectation.

Une fois tes crevasses disparues, tu seras libérée ! Tu arrêteras de souffrir à chaque tétée, tu n’auras plus peur de mettre ton bébé au sein et cela deviendra même un plaisir. Tu te découvriras ce sourire lumineux, un peu hébété, qui se lit sur toutes les photos de présentation des brochures d’allaitement.

Toi aussi, tu rentreras dans cette sphère unique, précieuse, qui caractérise l’allaitement de rêve. Dixit la mauvaise humeur, la fatigue, les pleurs liés à la douleur, à l’agacement et à l’énervement que les crevasses engendrent ! 

Ton bébé tètera avec davantage de satisfaction, à l’image de la tienne. Vos moments à deux deviendront le repaire d’une réelle bulle de paix, dans laquelle tu voudras te retrouver le plus souvent possible.

Alors même si ce n’est pas facile de passer ce cap, garde à l’esprit que ce n’est pas le parcours qui compte, mais le chemin. Et crois bien que vous tu seras une maman vraiment fière de toi, et tu auras toutes les raisons de l’être. En soi, être mère, c’est un peu être une héroïne, alors une mère allaitante, c’est une super-héroïne !

La mise en place de l’allaitement est loin d’être une partie de tout repos. Si certaines y arrivent sans sourciller, alors où elles mentent, où elles ont beaucoup de chance. On se sent parfois seule, incomprise par l’entourage. Il n’y a que nous qui savons ce que nous vivons dans notre corps et ces ressentis nous appartiennent et nous définissent. 

Néanmoins, avoir du soutien de personnes qui ont déjà traversé ces mêmes difficultés est essentiel pour traverser ces étapes. Parce que la réussite de chaque femme à l’allaitement est ma première motivation, je t’invite à rejoindre mon groupe où tu trouveras le soutien et les encouragements dont vous tu auras besoin. 

Et n’hésite pas à t’inscrire à la newsletter pour recevoir toutes les infos pratique de soutien à l’allaitement.

Allez, accroche-toi, et tu t’en remercieras 😉.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *